+33 06 49 00 10 07 info@matricis.fr

Pour tordre le cou au seul critère du prix, la qualité est un gage de satisfaction pour les clients.

 

L’une des premières qualités recherchées dans l’emploi d’une entreprise de propreté est de démontrer l’efficacité des techniques employées.

 

Surtout quand il s’agit de mettre en œuvre des prestations dans des milieux sensibles, le client va vouloir s’assurer que l’entreprise choisie va s’acquitter d’une prestation de qualité.

 

Voici les bases pour mettre en œuvre des prestations techniques :

 

Les facteurs et les méthodes d’entretien

 

Les facteurs d’influence du Nettoyage

 

Le cercle de Sinner

Dans les opérations de nettoyage, le résultat final est influencé par 4 facteurs interdépendants, regroupés dans le Cercle de Sinner. Si l’un des facteurs est diminué, on doit obligatoirement compenser cette perte en augmentant un ou plusieurs des autres facteurs.

 

Premier facteur : L’action chimique

Le choix d’un produit dépend de la nature de la salissure à éliminer, de la nature du revêtement ou du support, de la méthode utilisée, de la dureté de l’eau.

Enfin le respect de la concentration indiquée par le fabriquant est primordial. Par exemple un produit désinfectant n’agira qu’à une concentration déterminée, de la même façon qu’un produit décapant (extrêmement alcalin) ou détartrant (très acide).

L’action chimique résulte de l’utilisation d’un produit. Le choix de celui-ci se fait en fonction :

  • De la nature de la salissure à éliminer (utiliser un détartrant pour éliminer le calcaire (nature minérale) ou un dégraissant (pour éliminer l’huile)
  • De la nature du revêtement ou du support (Le produit doit éliminer la salissure sans attaquer le support)
  • De la méthode utilisée (Le produit est préconisé pour un lavage manuel ou mécanique)
  • De la dureté de l’eau. La qualité de l’eau (calcaire ou non) influence l’efficacité du produit. Une eau calcaire (ou dure) demande souvent un surdosage pour maintenir l’efficacité du produit)

Le dosage du produit doit être conforme aux indications figurant sur la fiche technique du produit (données par la fabriquant).

Un dosage trop élevé provoque un gaspillage du produit, un rinçage difficile, un risque de traces, un encrassement et/ou une détérioration du support ou du revêtement et un risque de toxicité pour l’utilisateur, l’entourage et l’environnement.

Un dosage trop faible provoque un résultat insuffisant.

L’action « Chimique » correspond à l’action de la solution détergente ou nettoyante.

 

Deuxième facteur : L’action mécanique

L’action mécanique correspond à un frottement produit manuellement (par l’agent d’entretien) et/ou par le matériel utilisé (Brosses, raclette, lavettes non tissées, monobrosse…). Elle permet d’enlever ou de décoller les salissures en facilitant le contact entre les salissures et le produit.

L’action « Mécanique » correspond à l’utilisation d’une machine (ex : auto laveuse) ou à l’action de la personne qui nettoie (frottement, grattage, …). L’action mécanique est adaptée au support à nettoyer pour éviter une altération du support.

 

Troisième facteur : La température

L’eau chaude favorise la détergence d’un produit en particulier son pouvoir mouillant (il est conseillé de laver son linge à l’eau chaude), par contre elle est contre indiquée lors de l’utilisation de certains produits désinfectants (eau de Javel).

On peut également utiliser les propriétés de la vapeur d’eau (sèche ou humide) pour nettoyer et désinfecter des revêtements et du matériel médical (nettoyeur vapeur).

L’action thermique peut aussi être apportée par le frottement d’un disque avec une monobrosse sur un support (méthode spray, décapage à sec). Elle favorise l’action des produits thermo-réactifs tels que les produits pour la spray méthode et les décapants à sec, les émulsions, les produits nettoyants autolustrants….

La température de la solution permet de ramollir les graisses, de tuer certains microorganismes et d’accélérer les réactions chimiques mais elle est limitée par la résistance du support et la nature de certaines salissures.

Attention certains produits n’aiment pas la chaleur et perdent leur action et d’autre au contraire ont besoin de la chaleur pour agir (voir la fiche technique du produit).

 

Quatrième facteur : Le temps

Le temps d’action d’un produit est indiqué sur sa fiche technique, il faut le respecter afin que le produit ait le temps d’agir sur la salissure et qu’elle passe en solution.

De la même façon un détergent doit être utilisé avec un temps d’action précis afin d’éliminer le ou les micro-organismes.

L’effet « Temps » est associé à l’effet « Chimique ».Il correspond au temps laissé à un produit pour agir.

 

Actions mises en œuvre en fonction des techniques

Suivant les techniques mises en œuvre et les résultats attendus l’importance des actions du cercle de Sinner seront très différentes les unes des autres.

 

Une méthode mécanisée privilégiera l’action mécanique, une méthode d’entretien manuelle privilégiera une action chimique.

On peut ainsi caractériser chaque méthode d’entretien et de désinfection par l’importance relatives de ses actions à l’intérieur du cercle de Sinner.

 

Mode opératoire et protocole

 

Définitions

 

Le mode opératoire

Il décrit généralement le déroulement détaillé des actions nécessaires à l’obtention d’un résultat. On parle aussi de process ou de processus. C’est un document qui synthétise l’ensemble des pratiques sans rentrer dans le détail.

Par exemple le mode opératoire de l’entretien des locaux à l’Hôpital décrira l’ensemble des activités reliées au nettoyage : le lavage des mains, la préparation du matériel, évacuation des déchets, le nettoyage du mobilier et des équipements, le nettoyage des sols……

 

Le protocole

C’est une description précise d’un mode opératoire à suivre.

Par exemple le protocole de lavage des mains décrira de manière précise les gestes à effectuer par un opérateur (Agent de Soins Hospitalier), le temps de lavage et de rinçage, le matériel à utiliser pour cette opération…Ce protocole s’intégrera ainsi dans le mode opératoire de l’entretien des locaux.

 

Justification du mode opératoire et du protocole

Ils répondent à une exigence règlementaire, ils permettent de mettre fin à des pratiques variables entre différents opérateurs, de coordonner les différentes activités entre elles, de développer et valoriser les compétences d’un opérateur, de gagner du temps tout en donnant une certaine autonomie.